La communication d’Aśoka, empereur indien : du bon usage des tablettes

Publié par

Aśoka (IIIe siècle avant notre ère) est un empereur de l’Inde classique qui est connu pour avoir parsemé son immense empire de tablettes de pierre gravées de ses principes philosophiques bouddhistes, afin qu’aucun sujet, où qu’il se trouve, ne puisse ignorer sa présence, ni son discours.

Mais le fait certainement le plus intéressant, en dehors de l’insolite de cette anecdote, est qu’il a mis au point cette conquête des cœurs après avoir remporté la bataille la plus sanglante de l’histoire militaire (d’après Wikipédia) : la guerre de Kalinga. Faisant face au dégoût et au remords inspirés par ce massacre d’une brutalité sans nom, il s’est converti à la non-violence, a promu le végétarisme et interdit les sacrifices. Puis, grâce à l’édification de ses nouvelles mesures sur des colonnes de pierre restées dans l’Histoire comme « inscriptions d’Asoka », il a aidé à la diffusion de sa nouvelle philosophie jusque dans des territoires reculés qui n’en auraient, sans cela, jamais entendu parler. Ce cas est unique, jamais plus dans l’Histoire un empereur ne s’adressera de nouveau à ses sujets de pareille manière.

edictsofashoka

Je vous cite l’exemple de ces Inscriptions d’Asoka telles qu’elles ont été traduites en français et à leur tour répandue dans la France du XXe siècle, car j’ai été frappée et longtemps impressionnée par cet épisode historique. Il semblerait, avec toutes les précautions qu’il faut prendre lorsque l’on tente de mesurer la réception d’un message par une audience, d’autant plus éloignée dans le Temps, que l’empereur ait été considéré, au-delà de la légende, comme un bon empereur.

La communication n’est pas toujours le bras armé du Diable, sous-entendu l’insincère. Votre camp doit se battre avec les mêmes armes. Les forces en présence, et qui s’affrontent dans les pratiques de communication actuelles, ne peuvent pas laisser présager d’une issue certaine en faveur du cynisme ou de l’authenticité, mais si votre message est sincère, fut-il le fruit d’une conversion récente, le répandre d’une façon habile et astucieuse, en respectant le destinataire, lui donnera toutes ses chances. Si vous êtes convaincu, que c’est bien votre bison qui parle, alors votre message a le droit d’exister, et il promet même d’être très efficace auprès des rares qui l’entendront, à défaut d’une multitude qui n’en ferait rien.

Je vous laisse tout le soin de transposer cette inspiration venue de l’Inde antique au monde actuel de la communication digitale, souvent décrié, mal connu, et qui regorge pourtant d’anecdotes de campagnes de diffusion exemplaires, au profit de messages sincères. Quant à la légitimité de la cause défendue, c’est une autre histoire, à laquelle nous réfléchirons dans un prochain article. Une chose est certaine : si Buffalo Voice travaille avec vous, et inversement, alors nous partageons un socle commun suffisamment étendu pour être en harmonie professionnelle. Le domaine importe peu : un transporteur consciencieux, un autoentrepreneur vaillant, une maison centenaire au savoir-faire incontestable, un partenaire lui-même indépendant et avec lequel nous partageons des missions… Qu’importe le flacon.

Sources :

Les Inscriptions d’Asoka, traduites et commentées par Jules Bloch, édition Les Belles Lettres, 2007.

Edicts of Asoka, article Wikipédia (également pour les illustrations)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s